jeudi 1 novembre 2012

Jeudi 1 novembre 2012 - Guéric

Jeudi matin, rencontre avec Panagiotis Grigorios, historien-anthropologue qui tient le blog en français greek crisis. Analyse passionnante et fine de l’évolution de la société grecque. L’histoire effrayante de la destruction méthodique d’un système social, au profit d’une oligarchie nationale et d’intérêts étrangers. Destruction de la démocratie et de l’état de droit, également. Constat d’impuissance par rapport à la réaction de la population, victime de la résignation.



En marchant dans Athènes, je constate un élément frappant, même si peut-être anecdotique: je n’ai vu, en bientôt trois jours, qu’une (1) seule femme enceinte. Cela me paraît peu pour une ville de près d’1 million d’habitants.

Ma dernière visite à Athènes remontant à plus de 10 ans, je n’ai pas de réel point de comparaison pour en juger l’évolution. Mais la pauvreté est évidente. Dans les quartiers populaires, de nombreux magasins sont fermés ou, lorsqu’ils sont ouverts, présentent des rayons à moitié vides. De nombreux chantiers semblent être laissés à l’abandon. Mais dans le centre touristique et commercial, on voit une bourgeoisie grecque qui ne semble pas souffrir et continue à consommer. Le tourisme continue de fonctionner, avec de nombreux touristes français, même si on est hors-saison.

La police est omniprésente. Son organisation a l’air complexe, vu le nombre d’uniformes différents. Tous nos interlocuteurs témoignent de la disparition de l’état de droit et de leurs craintes de voir la mise en place d’un état totalitaire. Le nationalisme hellène est également vivace. Quelques voitures, notamment des taxis, arborent de petits drapeaux grecs.

En soirée, nous nous rendons à un meeting étudiant à l’Ecole Polytechnique. Si j’ai bien saisi, à l’appel de différentes organisations anticapitalistes. Impressionnant! Le lieu, tout d’abord. La fac d’archi, dont les murs sont remplis de tags politiques. Un petit côté Sorbonne en mai 68. Le monde, ensuite. Plusieurs centaines de personnes. La durée, enfin. Début du meeting à 20h, nous partons vers minuit et la fin était prévue vers 3h-4h.


Guéric Bosmans, Athènes, 03.11.2012

1 commentaire: